Nous avions à décider de notre iténéraire. Nara, Osaka et Kobe ou Osaka, Nara, Osaka, Kobe. Nous bagages font la différence, nous optons pour la dernière, car nous ne voulions pas amener nos bagages à Nara. Nous vivons l’heure de pointe japonaise: coude à coude avec nos grosses valises qui volent une place à une personne. « Ah ces touristes » devait se dire les japonais. Visite de Nara, ce fût une révélation. De magnifiques temples avec des cerfs plutôt insistants. Un retour à Osaka et visite de la rue Dotonbori. Nous sommes sans mots, une rue écletique et les yeux nous manquent. Beaucoup de gens et des décors un peu kitsch. Retour à la gare et un hasard pratiquement impossible nous fait croiser Yagyu a la sortie du métro. La gare est un toubillon avec des milliers de personnes qui transitent entre des dizaines de métros et trains, bref, un centre-ville souterrain. Nous ne trouvions plus nos bagages qui nous attendaient paisiblement dans un casier, mais ou. Nous reprenons le train pour Kobe. Le port est exceptionnel. Une visite du Chinatown, le plus propre jamais vu. Un hamberger au steak de Kobe. Les vaches avaient dû recevoir un bon massage (c’est une légende urbaine).

À voir si vous passez par là.