Dormir les fenêtres ouvertes à ses désavantages, même en pleine forêt. Nos voisins de chambre ont quitté à 4h30 AM. Un rien me réveille. Il a été difficile de quitter le Grand Canyon sans assister, une dernière fois au lever du soleil. Cela devait être une journée tranquille: c’est bien mal nous connaître.

Premier arrêt: Cliff Dwellers; un déjeuner dans un petit restaurant typiquement indien (américain pas de l’Inde) et la demeure en pierre que je tenais à voir. Des gens y ont vraiment habiter. Puis, un arrêt à Lees Ferry, le lieu d’embarquement des expéditions de rafting sur la rivière Colorado. L’Arizona est rempli de paysages magnifiques. Nous sommes constamment éblouis. Le trajet est aussi beau que la destination. Le pont qui enjambe la rivière Colorado (la cause du Grand Canyon), nous réserve une demie surprise. Un, non deux condors y étaient perchés. Le Ranger de l’information touristique de Kaibab nous avait cependant vendu la mèche. Difficile de ne pas s’arrêter en route et flaner ca et la, mais nous avions des billets pour visiter Antelope Canyon à une heure bien précise. Ce canyon est sur une réserve indienne et la visite ne se fait que par des agents accrédités. Caméras et téléphones s’en donnent joyeusement dans cette crevasse bondée de monde. Les photos semblent hors de ce monde. Par contre, nous nous sentons constamment poussé par le groupe dernière nous. Malgré tout, nous avons beaucoup apprécié la visite.

Le Horseshoe Bend était aussi un arrêt incontournable. Une vue grandiose reproduite à profusion dans les magasines de photos. Nous avons terminé la journée par une ballade au bord du Lake Powel. Le lac est à mi-chemin entre les états de l’Arizona et l’Utah. Encore des vues uniques qui changent au gré du soleil et des nuages. Dommage que nous n’avions pas nos maillots de bain.