Un nuit reposante à un superbe hôtel Saharien et un départ tardif. Personne ne s’en plaint car la journée sera longue. Un arrêt rapide afin de visiter les gorges de Tondra. Un lieu hautement touristique surtout les week-ends autant pour les étrangers que les marocains. De hautes parois de rocs qui nous rappellent notre petitesse.
Puis direction de Mergouza qui se trouve au pied des dunes sahariennes. Un voyage de 250 km qui nous donne l’avant-goût d’un désert rocailleux et presque inhabité.
Nous sommes fébrile de voir ce sable saharien et ces dromadaires tant attendus. Un voyage d’une dizaine de minutes à partir de notre gite du lendemain nous amène vers nos (dromadaires) qui seront notre monture pour l’heure qui suit. À dos de dromadaires nous contemplons le sable à l’infini sous un soleil moins cuisant que le midi lorsqu’il est à son zénith. Les dromadaires marchent lentement à la queue leu leu au rythme du Chamelier. Nous sommes encore une fois transporté dans le temps. Tel un oasis, nous apercevons au loin nos Bivouacs qui seront notre habitation pour la nuit. Après la contemplation d’un coucher de soleil ennuagé, nous découvrons notre demeure pour la nuit, au milieu du désert, loin de la civilisations. Nous sommes très surpris par le confort des bivouacs, la qualité du repas et la quiétude de cet endroit.